Coeur de mangue

J’ai rencontré Odile après avoir lu de nombreuses informations en ligne sur elle. C’était dans le cadre du concours de la Fabrique Aviva ou des entrepreneurs Résonances Nord-Sud. Ensuite, j’ai vu que nous étions -sommes toujours- dans le même projet associatif dans la cosmétique naturelle (nous en parlerons bientôt, j’espère !).

Depuis, je suis l’actualité d’Odile et son aventure entrepreneuriale.

Bonjour Odile,

Peux-tu nous en dire plus sur toi ?

Là vraiment c’est la partie qui m’intrigue. Parce que je ne sais pas me définir… Essayons !

J’ai exercé comme technicienne et ensuite par le biais de la formation continue comme ingénieur dans le secteur automobile. J’ai également eu à mettre en place une boutique d’arts de la table et de la décoration orientée création africaine sur Paris (rue de paradis). Aujourd’hui j’ai envie de m’investir dans l’économie locale par l’entrepreneuriat et pour ce faire, je n’ai de cesse d’apprendre.

A mes heures perdues, je coache mes 4 superbes enfants de 7 à 23 ans ou c’est l’inverse (rire).

Remarque Codou : moi, je dis surtout qu’elle est remarquable, Odile. Et je suis fan !

Comment es-tu arrivée à créer 1001Noyaux ? Quel déclic ?

Le déclic a eu lieu en Côte d’Ivoire en 2014, lors de mes 6 mois passés dans le cadre de la validation de mon Master Génie Environnemental et Industriel dans une ONG locale. C’était la période des mangues et quand je me suis rendue dans un village, j’ai vu les énormes pertes agricoles que subissaient les petits producteurs…

Je me suis intéressée aux possibilités de valorisation de ce fruit à mon retour en France. J’ai découvert qu’il était possible de transformer une partie de la mangue, le noyau, en matière première pour l’industrie de la cosmétique.

En créant 1001Noyaux, nous avons voulu porter un regard neuf sur les noyaux de fruits et leur potentiel dans le secteur de la cosmétique naturelle en France d’abord puis ensuite en Côte d’Ivoire.

 En quoi consiste 1001Noyaux ?

1001Noyaux est une entreprise d’économie sociale et solidaire qui s’engage dans la lutte contre le gaspillage alimentaire auprès des fournisseurs de gros de fruits à noyau et contre la précarité sociale, en donnant à ces denrées une seconde vie à travers leur valorisation pour l’industrie cosmétique.

Remarque Codou : ça, c’est du bon « elevator pitch », n’est-ce pas ?!

Notre première activité consistera à récupérer les mangues invendues et non commercialisables issues du marché de gros pour les transformer en beurre de mangue, ingrédient cosmétique qui a des propriétés similaires au beurre de karité.

En somme, nous participons à la vision de soutenabilité et de recyclage d’une économie qui vise à être plus « verte », mais aussi basée sur le concept d’une écologie industrielle, source de création de profits et d’emplois.

Quel exemple peux-tu nous donner ?

A Rungis, au Marché d’Intérêt National, il y a un comité de pilotage de gestion des déchets. C’est un sujet très important pour ces personnes, les dirigeants du MIN et des représentants des entreprises.

Sachez que ce marché, le plus important du monde, génère 26000 tonnes de déchets par an, qui sont finalement détruits ! C’est ce qui reste après tous les tris sélectifs et qui ne peut être à priori exploité. Je dis bien « A PRIORI » et c’est à ce niveau que nous désirons intervenir car il y a en réalité un énorme potentiel de valorisation !

La destruction de ces déchets consiste en une combustion. Or, quand il s’agit de la mangue par exemple, l’écorce qui entoure l’amande est difficilement consumée. Cela demande même de l’énergie supplémentaire !

Quelles sont les ambitions de 1001Noyaux pour 2017 et au-delà ? Quelles actions à venir, salons ? Quels partenariats ?

Pour l’instant, nous sommes deux sur le projet ; mais déjà 3 personnes, qui ont les compétences techniques que nous cherchons, se sont manifestées pour faire partie de l’aventure. Ces personnes ont une bonne connaissance de l’industrie cosmétique, elles pourront bien nous représenter auprès des partenaires, nous faire comprendre. Il est important de bien maîtriser le langage des laboratoires par exemple. Enfin et surtout, nous sommes sur la même longueur d’ondes pour ce qui concerne la cosmétique naturelle !

Avant la fin de l’année 2017, nous prévoyons d’organiser un meet up pour parler de nos avancées et certainement de nos réalisations.

A plus long terme, nous prévoyons de “raconter l’histoire” d’autres noyaux de fruits, tels que les dattes ou les abricots par exemple, et de les transformer en huiles végétales. Pour cela, un profil commercial sera en charge de démarcher les producteurs locaux pour les inclure dans notre chaîne de valeur.

Ta matière première cosmétique préférée ?

Le beurre de mangue !

Ton fruit ou légume préféré?

La maaannngue

– avec 1 noyau bien sûr 😉

 

Pour rester en contact avec Odile

Site internet : www.1001noyaux.com

Facebook : @1001noyaux

Twitter : @1noyaux

Mail : contact@1001noyaux.com

 

Codou CISSE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *